(Stéphane Barthod le 04/05/2016)

Ce soir, pour le premier concert de la traditionnelle soirée blues, cinquante ans de carrière soul nous contemplent. Betty LaVette, « The Great Lady of soul », a en effet commencé à chanter dans les années soixante, aux côtés d’Otis Redding et de Ben E King. De mauvais choix de carrière associés à la malchance ne lui ont pas permis pendant longtemps d’obtenir la reconnaissance qu’elle méritait, et c’est seulement depuis quelques années que le vent a tourné pour elle.

bl-bettye-lavette01

Bettye LaVette © Stéphane Barthod

En l’écoutant sur scène ce soir, on a pourtant du mal à imaginer qu’il ait fallu tant de temps pour rencontrer le succès : une voix éraillée et rauque qui n’est pas sans évoquer Tina Turner, une sensibilité à fleur de peau, un groove imparable, une énergie et une vitalité étonnantes… Betty LaVette sait également s’entourer de bons musiciens, entièrement au service des compositions et de la chanteuse. Immense interprète, elle se réapproprie totalement les titres qu’elle reprend au point qu’on ne reconnaît pas toujours l’original. L’émotion est palpable lorsqu’elle entame « Isn’t it A Pity » de George Harrison dans une version déchirante, dépouillée et intense.

Brett Lucas © Stéphane Barthod

Brett Lucas © Stéphane Barthod

Au cours de la soirée, on aura l’occasion d’entendre des morceaux qui couvrent sa carrière, de « Souvenirs » datant de 1972 à « Unbelievable » ou « When I Was a Young Girl » tirés de son dernier album. C’est a cappella, avec « I do not want what I haven’t got » de Sinead O’Connor, qu’elle termine le concert devant un public subjugué.

Titre#2 2018

Texte#2 2018

> Lire

Titre #1 2018

Texte #1 2018

> Lire