(Stéphane Barthod le 05/05/2016)

Après le double concert de Dee Dee Bridgewater avec Irvin Mayfield, c’est au tour de Christian Scott d’investir les lieux, avec sa « stretch music » au croisement du (des) jazz, du hip hop, du rock et de la tradition des Black Indians de la Nouvelle-Orléans.

cs-logan-richardson

Logan Richardson © Stéphane Barthod

À noter au passage : la formation présente ce soir n’est pas celle initialement prévue, avec la flûtiste Elena Pinderhugues, Lawrence Fields au piano, Dominic Minix Minix à la guitare et Kris Funn à la basse… Pour autant, les compagnons présents pour ce concert ne sont pas des nouveaux venus aux côtés du trompettiste, puisqu’il s’agit de Luques Curtis à la contrebasse, Logan Richardson au saxophone et Tony Tixier au piano. Le batteur reste, lui, Corey Fonville. C’est semble-t-il sa nouvelle formation, avec laquelle il jouait d’ailleurs quelques jours auparavant au Cheltenham Jazz Festival.

Corey Fonville © Stéphane Barthod

Corey Fonville © Stéphane Barthod

C’est avec deux compositions inédites que commence la soirée, dans une ambiance urbaine, sur un tempo lourd de batterie, teinté de hip hop. Le ton est donné : puissant, souvent rageur sans être agressif. Après un troisième titre swinguant, au tempo rapide, le trompettiste reprend « The Last Chieftain », une composition de son dernier album dédiée à son grand-père : intro en arpèges au piano, batterie percussive, thème posé en longues notes et un lumineux solo de piano qui n’est pas sans évoquer Lyle Mays. Même s’il se défend de jouer du jazz et préfère parler de « Stretch Music », il reprend ensuite « Equinox » de John Coltrane, un blues mineur dont l’exposé du thème, à deux voix – l’original était joué au seul saxophone – sonne ici très hard bop. Avec « West of the West », tiré à nouveau de son dernier opus, il nous rappelle à quel point il hait Los Angeles, avant de terminer le concert et d’offrir le rappel « for the girls ».

#JSLP2018 : Le blog !
miniature

Pendant toute la semaine du festival, à partir du 5 mai, retrouvez le blog Jazz sous les pommiers ! Reportages et comptes-rendus signés Stéphane Barthod

> Lire