JSLP 2016 – Le clair-obscur intimiste de Tiganá Santana

ts-tigana-santana

(Stéphane Barthod le 05/05/2016)

Dans les musiques cousines programmées à Jazz sous les Pommiers, on retrouve régulièrement l’Afrique et le Brésil. Les deux sont à l’honneur cet après-midi avec Tiganá Santana. Originaire Salvador de Bahia où les premiers esclaves sont arrivés il y maintenant cinq siècles, le brésilien est en quête de ses racines africaines. Il a d’ailleurs invité ce soir à ses côtés le percussionniste guinéen Yéyé Kanté et Moriba Koïta, maître malien de n’goni, cette petite guitare à trois ou quatre cordes.

Tiganá Santana & Andreas Unge © Stéphane Barthod

Tiganá Santana & Andreas Unge © Stéphane Barthod

Le concert s’ouvre avec une chanson intimiste où la voix chaude du brésilien se pose sur un tapis feutré de percussions et donne la tonalité de la soirée : une musique recueillie et sensible, toute en retenue. Avec l’introduction de la contrebasse et de la guitare, le deuxième titre tisse une mélopée lancinante par laquelle on se laisse porter. Après trois autres compositions jouées en trio, Tiganá Santana invite sur scène Yéyé Kanté et Moriba Koita qui, justifiant une petite séance d’accordage, nous explique avec humour que son instrument vient d’Afrique et qu’il doit s’adapter à la température. Pour la fin du concert, les percussions vont se faire plus présentes et Yéyé Kanté nous offre même un ou deux solos, sans trahir la dominante « clair-obscur » de la soirée.

Rappels © Stéphane Barthod

Rappels © Stéphane Barthod


Le public, particulièrement attentif tout au long de la prestation, se lève comme un homme pour un rappel enthousiaste.

Joce Mienniel & les élèves percussionnistes de Gilles Arnaud – « Africa treck »
miniature

Première répétition commune du projet "Africa Trek" : Joce Mienniel est venu rencontrer les élèves du FOA et du centre habitat, puis a découvert les bandes-son sur lesquelles ils travaillent depuis un an.

> Lire

Le blog du festival 2017
JSLP 2016 – « Brotherhood Heritage » : un hommage qui ne manque pas de souffle
miniature

Le projet est piloté par François Raulin et Didier Levallet, qui avait d’ailleurs joué dans l’orchestre avec McGregor au début des années 80. On retrouve également sur scène ce soir le saxophoniste anglais Chris Biscoe qui faisait partie du « Brotherhood of breath » à la même période.

> Lire

JSLP 2016 – Texier, père & fils : Henri
miniature

(Stéphane Barthod le 12/05/2016) Après le fils, le père… Ami fidèle du festival – la réciproque est vraie –, Henri Texier nous revient cette année avec sa dernière formation, reprenant son « Hope quartet » (Sébastien Texier et François Corneloup aux saxophones, Louis Moutin à la batterie) augmenté du pianiste Armel Dupas et de Nguyên Lê à la guitare, […]

> Lire

JSLP 2016 – Texier, père & fils : Sébastien
miniature

(Stéphane Barthod le 07/05/2016) Dans la famille Texier, je demande… le fils ? Le père ?… Bonne pioche ce soir à Jazz sous les Pommiers, puisque Sébastien et Henri partagent ici pour la première fois la même scène avec leurs formations respectives : « Dreamers » quartet pour le fils et « Sky Dancers » pour le père, où officie justement… le […]

> Lire

JSLP 2016 – Les frères Belmondo invitent Archie Shepp pour un nouvel hommage à John Coltrane
miniature

(Stéphane Barthod le 07/05/2016) Avec Christophe Del Sasso, les frères Belmondo ont déjà dédié un album en big band à John Coltrane, reprenant le célèbre « A Love Supreme ». Ils interprètent à nouveau ici en grande formation l’œuvre du saxophoniste, mais avec un répertoire différent, et en invitant pour l’occasion un autre géant de l’instrument, Archie […]

> Lire

JSLP 2016 – Le trio réversible de Laurent Coulondre
miniature

(Stéphane Barthod le 07/05/2016) Le trio de Laurent Coulondre jouait cet après-midi en première partie du concert du big band des frères Belmondo avec Archie Shepp. Une place pas forcément confortable, que le pianiste a su tenir de manière plus qu’honorable. Laurent Coulondre fait ici preuve d’un remarquable sens de la construction : démarrage en douceur […]

> Lire

JSLP 2016 – Groove et énergie avec David Sanborn
miniature

(Stéphane Barthod le 06/05/2016) David Sanborn tourne assez peu en France. On se réjouit d’autant plus de pouvoir l’écouter en concert ce soir salle Marcel Hélie, pour une prestation groovante à souhait. Dès les premières mesures, sa sonorité à l’alto est immédiatement reconnaissable, associée à de nombreux souvenirs discographiques : Stevie Wonder (Talking Book), Larry Carlton, […]

> Lire

JSLP 2016 – Nguyên Lê le magicien nous révèle la face cachée de la lune…
miniature

(Stéphane Barthod le 06/05/2016) « Celebrating The Dark Side of the Moon », c’est le projet des superlatifs : la reprise d’un album mythique, des arrangements qui réinventent les compositions originales… Après avoir été créé avec le NDR Big Band, c’est en nonet qu’il tourne désormais, et il y avait là encore un challenge à retranscrire la musique […]

> Lire

JSLP 2016 – Truffaz, le retour
miniature

(Stéphane Barthod le 06/05/2016) Le trompettiste Erik Truffaz, fidèle du festival – il était même venu remplacer au pied levé Bugge Wesseltoft en 2004 –, nous fait le plaisir d’une nouvelle visite sous les pommiers. Il nous offre sa musique métissée, entre jazz, pop instrumentale, drum and bass, world et hip hop. Si, sur son dernier disque, […]

> Lire

JSLP 2016 – Le voyage synesthésique/synesthétique d’Edward Perraud
miniature

(Stéphane Barthod le 06/05/2016) Pour ce premier concert du jeudi, Edward Perraud nous emmène dans son « synaesthetic trip », un projet qui vit depuis plusieurs années déjà. Quelle est la couleur d’une musique ? Le son d’une peinture ? Le goût d’une symphonie ? L’odeur d’un souvenir ? Le batteur nous invite à voyager entre les sens, le Magic Mirrors […]

> Lire

JSLP 2016 – Christian Scott, à la rencontre des cultures
miniature

(Stéphane Barthod le 05/05/2016) Après le double concert de Dee Dee Bridgewater avec Irvin Mayfield, c’est au tour de Christian Scott d’investir les lieux, avec sa « stretch music » au croisement du (des) jazz, du hip hop, du rock et de la tradition des Black Indians de la Nouvelle-Orléans. À noter au passage : la formation présente […]

> Lire

JSLP 2016 – Dee Dee x 2 = un public enthousiaste
miniature

(Stéphane Barthod le 05/05/2016) Pour la quatrième fois déjà, Dee Dee Bridgewater nous fait le plaisir de venir à Jazz sous les Pommiers. C’est avec le trompettiste de la Nouvelle-Orléans Irvin Mayfield qu’elle nous revient pour un double concert : la séance initialement prévue à 20h15 ayant affiché rapidement complet, elle a accepté de jouer également […]

> Lire

JSLP 2016 – Le blues acoustique de Taj Mahal
miniature

(Stéphane Barthod le 04/05/2016) Seize ans après son précédent passage sous les pommiers avec le Phantom Blues Band, Taj Mahal nous revient ce soir pour la 35ème édition du festival. C’est en trio qu’il nous propose cette fois un blues acoustique et tranquille. Dans la salle, mon voisin se souvient avec émotion d’un album du […]

> Lire

JSLP 2016 – Bettye LaVette, bouleversante
miniature

(Stéphane Barthod le 04/05/2016) Ce soir, pour le premier concert de la traditionnelle soirée blues, cinquante ans de carrière soul nous contemplent. Betty LaVette, « The Great Lady of soul », a en effet commencé à chanter dans les années soixante, aux côtés d’Otis Redding et de Ben E King. De mauvais choix de carrière associés à […]

> Lire

JSLP 2016 – (Re)découvrons l’harmonica avec les Tontons souffleurs
miniature

(Stéphane Barthod le 04/05/2016) 200 ans d’histoire de l’harmonica : c’était à l’origine une conférence de Philippe Géhanne. C’est devenu, avec la complicité du guitariste Gary Grandin, un spectacle en forme d’enquête policière… Qui a tué Charlie Lèvres d’or ? Rufus Trémolo, Eddy La Tirette ou Johnny Dix trous ? En suivant ces personnages imaginaires, inspirés comme il […]

> Lire

Vian éternel
miniature

(Stéphane Barthod le 02/05/2016) En 2010, la compagnie Dodeka nous offrait dans les caves des Unelles une relecture fascinante d’un texte de Robert Desnos sur Jack l’éventreur. Nous écrivions alors sur ces pages : « on peut rêver, pour une prochaine édition, d’une adaptation de textes d’écrivains sur le jazz, ceux de Vian par exemple ». Nos vœux […]

> Lire

JSLP 2016 – Céline Bonacina nous emmène en voyage avec le Megapulse orchestra
miniature

(Stéphane Barthod le 02/05/2016) Soleil encore, mais cette fois en salle, avec le Megapulse Orchestra et la création de Céline Bonacina, qui nous invite dans son « monde chaloupé, coloré et ensoleillé », au gré d’un voyage qui passera notamment par la Réunion et Madagascar. On se souvient du « Saxophone massive » d’Andy Sheppard, il y a huit […]

> Lire

JSLP 2016 – Des fanfares sous le soleil
miniature

(Stéphane Barthod le 02/05/2016) Sous le soleil exactement, Jazz sous les Pommiers nous a offert un dimanche tout en contrastes : grand(s) écart(s) en effet entre les décibels dansants de Chico Trujillo, le Megapulse de Céline Bonacina, le troublant « rara » des haïtiens de Follow Jah, la folie poétique du Ping Pang quartet et les percussions festives […]

> Lire

JSLP 2016 – Chris Potter, le retour
miniature

(Stéphane Barthod le 01/05/2016) On le connaît depuis longtemps comme brillant sideman, aux côtés de Pat Metheny, Paul Motian et bien d’autres encore. Chris Potter est également un leader éclairé, et c’est avec son propre quartet, sa formule de prédilection, qu’il joue ce soir. En attendant le début du concert, on se remémore avec plaisir […]

> Lire