Sélectionner une page

Invitée du festival pour la troisième fois, Youn Sun Nah nous fait l’honneur de démarrer sa tournée mondiale à Jazz sous les Pommiers avec deux concerts, jeudi et samedi.

Depuis le début de la semaine, la chanteuse coréenne s’est installée à Coutances pour répéter avec sa nouvelle formation. Après une année sabbatique à laquelle elle avait fait une seule entorse, là encore pour venir à Jazz sous les Pommiers sur un projet d’Airelle Besson, Youn Sun Nah cherchait un nouveau son et elle a rencontré en novembre 2016 Jamie Saft, fameux musicien new yorkais qui a notamment collaboré avec John Zorn, Laurie Anderson ou encore John Adams. Le bassiste Brad Jones et le batteur Dan Rieser se sont rapidement joints au projet et un album, réunissant des titres issus pour la plupart du répertoire pop ainsi que des compositions personnelles, a été enregistré en décembre à New York. Ce soir, la chanteuse démarre le concert en douceur, avec la belle ballade « Traveller » qui ouvre également l’album. Elle enchaîne avec une chanson de Lou Reed, « Teach The Gifted Children », ballade rock sur tempo medium, et un titre de Joni Mitchel, « The Dawntreader » qu’elle s’approprie à merveille, toute en sensibilité. Vient alors un des moments forts de la soirée – il y en aura plusieurs – avec la reprise de « Driftins » de Jimi Hendrix : tempo lent, musique ample, une montée en puissance tellurique où la guitare distordue et la voix exceptionnelle de la chanteuse nous entraînent vers des sommets d’énergie et d’émotion. On se remet doucement de ce moment avec « Too late », joli blues lent composé par Jamie Saft, et la chanteuse nous « cueille » à nouveau avec un bouleversant « Black is The Color Of My True Love’s Hair », qu’elle chante avec intensité, accompagnée seulement par quelques notes qu’elle égrène à la sanza et une contrebasse discrète. Retour à un peu de légèreté dans un esprit bossa-nova avec « Evening Star » et un « She Moves On » de Paul Simon, enlevé et énergique. Après « In My Heart », Youn Sun Nah nous emmène à nouveau bien loin sur « A Sailor’s Life », long titre incantatoire où sa voix glisse parfois vers des notes évoquant le chant indien, avec une montée de la musique par vagues successives qui évoque la force de « The End » de Doors. La soirée s’achèvera plus tranquillement avec « No Other Name » de Peter, Paul and Mary interprété en duo avec Clifton Hyde à la guitare et une reprise de Tom Waits : « Jockey Full of Bourbon ».

La chanteuse a trouvé là un nouvel écrin à sa voix, le groupe lui apporte de nouvelles couleurs stimulantes, et si le concert de samedi ainsi que le reste de la tournée sont à la hauteur de cette soirée, nul doute que de nombreux grands moments sont encore à venir !

Texte et photos : © Stéphane Barthod
Chet Baker réinventé
miniature

Voix et trompette de velours, Chet Baker fait partie de l’imaginaire collectif du jazz, icône connue bien au-delà des amateurs de ce genre musical. « Autour de Chet » donne l’occasion de redécouvrir sous un nouveau jour des titres qui ont marqué son répertoire.

> Lire

Joie et soleil à Coutances avec Pierre Bertrand
miniature

Le saxophoniste Pierre Bertrand nous rappelle avec son projet « Joy » que jazz et flamenco font bon ménage. Il nous propose ici une musique ensoleillée qui fait écho au ciel coutançais qui reste sans nuages depuis plusieurs jours.

> Lire

Airelle Besson trio et Clémence Colin : la musique en signes
miniature

Voilà déjà trois ans que la trompettiste Airelle Besson nous fait le plaisir d’être la résidente de Jazz sous les Pommiers. De nombreux projets ont vu le jour pendant tout ce temps, et c’est cette semaine que se clos cette belle collaboration, avec ce soir un nouveau trio et une création originale.

> Lire

Scène découverte : trois sets gagnants !
miniature

Nouveauté 2017 pour le festival : un créneau horaire dans l’après-midi du jeudi au Magic Mirrors, pour donner à découvrir de jeunes groupes, en trois « mini-concerts » de 50 minutes.

> Lire

Les multiples facettes de Jacob Collier
miniature

Certains spectateurs avaient déjà suivi Jacob Collier sur internet, ils ont eu enfin mercredi l’occasion de le découvrir en live au théâtre de Coutances.

> Lire

Pat revisite Metheny
miniature

Figure désormais fidèle et familière de Jazz sous les Pommiers, le guitariste Pat Metheny nous revient avec un nouveau quartet avec lequel il revisite son répertoire d’une grande richesse.

> Lire

Totó La Momposina, fervente porteuse de la tradition colombienne
miniature

Depuis plusieurs décennies, Totó La Momposina fait revivre le répertoire traditionnel de la région Caraïbe de Colombie. Loin de toute mode et de vaine recherche de modernité, elle s’attache avec passion à maintenir et transmettre ce folklore des origines.

> Lire

Blues puissance trois
miniature

On ne change pas les bonnes habitudes : comme tous les ans, le mardi est la grande soirée blues sous les pommiers : pour cette édition 2017, le trio Kennedy/Milteau/Ségal et Lurrie Bell se succèdent salle Marcel Hélie, suivis au Magic Mirrors de Jack Broadbent.

> Lire

Clarinettes à tous les étages
miniature

La clarinette est à l’honneur cet année à Jazz sous les Pommiers. Cet instrument, présent aux premières heures du jazz, a été pendant un temps partiellement oublié, avant de revenir sur le devant de la scène pour une musique très éloignée du New Orleans des origines. Ce soir, il n’y a pas moins de trois clarinettistes sur la scène du théâtre…

> Lire

Un dimanche à Coutances : fanfares et compagnie
miniature

Petit survol illustré du dimanche en fanfares, où l’on retrouve pêle-mêle Le Peuple Étincelle du saxophoniste François Corneloup, le hip-hop cuivré de Bad Fat et le très coloré Bollywood Masala Orchestra.

> Lire

Musique en liberté avec la PANfare
miniature

Comment proposer un concert joué par des personnes n’ayant pour la plupart jamais touché à un instrument de musique ? La réponse nous est donnée ce dimanche avec la PANfare, ses « panfarons » et « panfaronnes ».

> Lire

Sylvain Kassap : continuons le combat !
miniature

Les chansons de lutte, de résistance et l’esprit contestataire inspirent le jazz depuis plusieurs décennies : le free jazz, le Liberation Music Orchestra de Charlie Haden, Chris McGregor et son Brotherhood of Breath – auquel le festival a rendu hommage l’année dernière –, plus récemment Emmanuel Bex et la « Chose Commune » … Sylvain Kassap s’inscrit dans cette lignée et nous offre cet après-midi un concert manifeste riche et intense, accompagné d’une centaine de choristes amateurs de la région dirigés par Vincent Lapouge.

> Lire

Ponty, Lagrène et Eastwood : le renouveau d’un trio
miniature

Jean-Luc Ponty, Biréli Lagrène et Kyle Eastwood : c’est un trio inédit qui nous offre ce soir à Coutances la primeur de sa musique pour Jazz sous les Pommiers. L’origine de cette formation remonte pourtant à une vingtaine d’années déjà, avec alors Al Di Meola et Stanley Clarke aux côtés du violoniste. La dernière version en date voyait l’arrivée de Biréli Lagrène à la guitare… Cette fois, c’est Kyle Eastwood qui reprend la contrebasse.

> Lire

Charlier-Sourisse : Big band, big smile
miniature

André Charlier et Benoît Sourisse, c’est 25 ans d’une collaboration aussi active que fructueuse. Les deux compagnons rêvaient depuis longtemps déjà de créer une grande formation, un rêve enfin réalisé depuis maintenant un an.

> Lire

Ouverture en couleurs avec le trio LBBL
miniature

La tradition est respectée : cette année encore, c’est une formation à dominante normande qui ouvre le bal. Avec LBBL, ce sont deux caennais d’origine qui nous reviennent : le pianiste Gaël Le Billan et le batteur Antoine Banville. Le contrebassiste Matthieu Loigerot est le troisième compère de la formation.

> Lire

Les répétitions de « Manifeste ! »
« Signes et sons », les répétitions !
miniature

Airelle Besson, Clémence Colin et les enfants du CROP et de l'orchestre à l'école répètent d'arrache-pied pour la création "Signes et sons" !

> Lire

Joce Mienniel & les élèves percussionnistes de Gilles Arnaud – « Africa treck »
miniature

Première répétition commune du projet "Africa Trek" : Joce Mienniel est venu rencontrer les élèves du FOA et du centre habitat, puis a découvert les bandes-son sur lesquelles ils travaillent depuis un an.

> Lire

Le blog du festival 2017
JSLP 2016 – « Brotherhood Heritage » : un hommage qui ne manque pas de souffle
miniature

Le projet est piloté par François Raulin et Didier Levallet, qui avait d’ailleurs joué dans l’orchestre avec McGregor au début des années 80. On retrouve également sur scène ce soir le saxophoniste anglais Chris Biscoe qui faisait partie du « Brotherhood of breath » à la même période.

> Lire