Voilà plus de vingt ans que Laurent de Wilde a écrit « Monk », un ouvrage devenu rapidement une référence sur l’immense jazzman. Comment reprendre son répertoire après cela ? Il a fallu de nombreuses années et le centenaire de la naissance du pianiste en 2017 pour enfin oser s’atteler au projet.
Comme le dit de Wilde, il est difficile de « passer dans les pantoufles de Thelonious Monk ». Il ne s’agit donc pas bien sûr de tenter de « faire du Monk », mais plutôt d’interpréter, de relire son répertoire, en jouant sur des changements d’harmonie, de construction, de tempo, en faisant appel à des collages… Le début du concert, avec « Misterioso », illustre fort bien ce travail de réinvention : le thème est ralenti par rapport à l’original, et « posé » sur une ligne de basse issue de « Born Under A Bad Sign », un titre de Booker T. Jones repris par Jimi Hendrix, cette ligne de basse étant elle-même accélérée… Comme souvent, Laurent de Wilde fait œuvre de pédagogue et prend le temps d’expliquer sa démarche aux spectateurs, évoquant ici au passage des éléments marquants de la vie et de l’œuvre de Monk. Il nous rappelle ainsi la prédilection du pianiste pour la tonalité de si bémol – utilisée justement dans le premier titre – et se lance alors dans « Thelonious », où le si bémol est cette fois la note – presque – unique de la mélodie, autour de laquelle l’interprète tisse ses harmonies, un morceau qui donne l’occasion à Donald Kontomanou de nous offrir un remarquable solo de batterie. Avec « Pannonica », la fameuse baronne, bonne fée bienfaitrice et protectrice de tant de jazzmen, est longuement évoquée par le pianiste. « Friday the 13th », composé à la volée pour boucler un album avec Sonny Rollins, clôt ici le concert : une simple petite phrase entêtante que Laurent de Wilde a ré-harmonisée – l’original est construit sur une unique descente de quatre accords répétés sans fin – et qu’il fait chanter au public, dont la voix est décidément très sollicitée depuis le début de cette trente-huitième édition du festival.

Stéphane Barthod.

Ron Carter, impérial > Lire
miniature

Contrebassiste majeur, Ron Carter nous avait déjà honorés de sa présence en 2011, accompagné par le guitariste Russel Malone et le regretté pianiste Mulgrew Miller.

La bossa de Tom Jobim revisitée par le SF Jazz Collective > Lire
miniature

Regroupant quelques-uns des meilleurs musiciens de la côte Ouest, le SF Jazz Collective est né en 2004 et reprend tous les ans les compositions d’un artiste jazz ou pop.

Yves Rousseau et Jean-Marc Larché à la cathédrale > Lire
miniature

Nous évoquions samedi, après le concert de Franck Tortiller, la première résidence de musiciens à Jazz sous les Pommiers.

Théo Girard : la musique en 3D > Lire
miniature

Berlioz en son temps avait révolutionné l’organisation de l’orchestre (lire son « Grand traité d'instrumentation et d'orchestration modernes »). Il avait pensé la localisation des musiciens en fonction de la sonorité des instruments.

Voyage en Orient de Sophie Alour > Lire
miniature

Une création sous le signe du voyage pour Sophie Alour, qui s’éloigne pour l’occasion des standards qu’elle revisitait sur son précédent album.

Cécile McLorin Salvant, enchanteresse > Lire
miniature

En 2014, de nombreux festivaliers ont découvert pour la première fois Cécile McLorin Salvant, accompagnée du trio d’Aaron Diehl.

Django toujours moderne avec le trio de Théo Ceccaldi > Lire
miniature

Django Reinhardt est décidément très présent cette année à Jazz sous les Pommiers.

Raphaël Imbert : à quoi sert la musique ? > Lire
miniature

Deux jeudis par mois, Raphael Imbert et le pianiste Johan Farjot animent des conférences-concerts au Bal Blomet à Paris, le plus ancien club de jazz d’Europe en activité.

Anne Paceo et les MC > Lire
miniature

Batteuse de toutes les rencontres, sans œillères, Anne Paceo nous propose une nouvelle création ce soir : "Rewind"

Joshua Redman, entre USA et Europe avec le trio Reis Demuth Wiltgen > Lire
miniature

On se souvient d’un précédent passage de Joshua Redman à Coutances, lorsqu’il était venu jouer en duo avec Brad Mehldau.

Retour aux sources du Mississippi pour les frères Moutin > Lire
miniature

En septembre 2018, le Moutin Factory quintet a effectué une tournée le long du Mississippi, qui a mené les cinq compagnons de la Nouvelle Orléans à Chicago .

Philip Catherine : lyrique et sensible > Lire
miniature

C’est avec un réel bonheur qu’on retrouve Philip Catherine à Coutances. Il nous avait déjà rendu visite en 2001 et en 2009.

Blues-rock à tous les étages > Lire
miniature

Les traditionnelles soirées blues du mardi se succèdent et ne se ressemblent pas d’une année à l’autre.

Patchwork musical pour le dimanche en fanfare > Lire
miniature

Malgré un temps un peu gris, les spectateurs ont répondu présent et sont venus en masse à ce traditionnel dimanche en fanfares.

Olivier Ker Ourio « Reunion » autour de La Réunion > Lire
miniature

Un orchestre de feu qui nous a offert cet après-midi un concert éblouissant et une musique euphorisante.

L’Orchestre d’Harmonie et Emmanuel Bex : cinquante nuances d’émotion > Lire
miniature

L’Orchestre d’Harmonie de Coutances est une véritable institution de la ville. Dirigé actuellement par Christophe Grandidier, il a déjà été invité à plusieurs occasions au festival.

Kneebody, quar-quintet énergisant ! > Lire
miniature

Samedi soir, entre jazz, électro et rock, le groupe Kneebody a enflammé le Magic Mirrors.

Angélique Kidjo, une voix forte et engagée > Lire
miniature

C’est toute une vie qui se déroule pour nous ce soir, une vie d’engagements au travers de la musique.

From Frank to Franck, de Zappa à Tortiller > Lire
miniature

Franck Tortiller et Jazz sous les Pommiers, c’est déjà une longue histoire, puisqu’il a inauguré les résidences du festival en 1994, en trio avec ses compagnons Yves Rousseau et Pascal Vignon.

Le Mobius Ring Trio de Pascal Mabit > Lire
miniature

Changement complet de climat avec la prestation du Mobius Ring Trio de Pascal Mabit sous le Magic Mirrors.