(Stéphane Barthod le 02/05/2016)

Sous le soleil exactement, Jazz sous les Pommiers nous a offert un dimanche tout en contrastes : grand(s) écart(s) en effet entre les décibels dansants de Chico Trujillo, le Megapulse de Céline Bonacina, le troublant « rara » des haïtiens de Follow Jah, la folie poétique du Ping Pang quartet et les percussions festives de Pomélé…

Quel rapport entre Cherbourg et Salvador de Bahia ? La batucada Pomélé ! Ce groupe de percussionnistes du nord de la Manche, tout de rouge, orange et noir vêtus, nous fait partager sa bonne humeur communicative… Caixas, surdos, tambourins, agogos, cuicas et timbas sont au rendez-vous Square de l’Évêché et le public se laisse emporter joyeusement par ce maelstrom rythmique…

pomele

Pomélé © Stéphane Barthod

Même lieu mais ambiance radicalement différente avec Follow Jah. Cette « bande à pied » – marching band – d’Haïti jouant de diverses percussions, de cornets et de trompes offre une musique hypnotique et troublante, mêlant musique vaudou, méringue, konpa, dans un tourbillon polyphonique lancinant et obsédant où l’on devine, derrière les rythmes entraînants, l’ombre de douleurs enfouies.

 

Band à pied Follow Jah © Stéphane Barthod

Band à pied Follow Jah © Stéphane Barthod

Sous le Magic Mirrors, avec le Ping Pang quartet, mené tambour battant par Denis Charolles, les chansons – notamment d’Albert Marcoeur – se mêlent au jazz d’Eric Dolphy ou de Joachim Khun. Et souffle un grand vent de liberté, un grand moment de joyeux partage avec un public qui n’a d’autre choix que de jouer le jeu… pour son plus grand plaisir !

Ping Pang quartet © Stéphane Barthod

Ping Pang quartet © Stéphane Barthod

Kyle Eastwood, hommage émouvant d’un fils à son père > Lire
miniature

Kyle rend hommage à Clint Eastwood avec "Eastwood Symphonic", qui revisite en musique la longue carrière de l’acteur et réalisateur.

Groove et funk avec Marcus Miller > Lire
miniature

Cette 42e édition du festival touche bientôt à sa fin, et termine en beauté avec Marcus Miller.

Thierry Maillard Ensemble : une explosion de couleurs > Lire
miniature

Quel rapport entre les madrigaux, le jazz, le chant lyrique, Stravinsky et Frank Zappa ? Thierry Maillard nous offre quelques éléments de réponse.

Sylvain Rifflet rend hommage à Stan Getz > Lire
miniature

On connaît l’amour de Sylvain Rifflet pour la musique de Stan Getz, qu’il a déjà exprimé au travers de son album "Refocus", en 2017.

Steve Coleman mêle écriture et improvisation > Lire
miniature

Présent pour la première fois cette année au festival, Steve Coleman termine sa tournée européenne avec ce concert sous les pommiers.

Jazz Export Days – Rouge, sur tous les tons > Lire
miniature

Entre jazz et classique, Madeleine Cazenave nous entraîne avec son trio Rouge dans un voyage aux multiples horizons.

Jazz Export Days – Le chant sensible de Camille Bertault > Lire
miniature

Camille Bertault nous chante avec le sourire les blessures de la vie.

Youn Sun Nah, le retour > Lire
miniature

Depuis 2006, Jazz sous les pommiers invite régulièrement Youn Sun Nah.

Pierrick Pédron et Gonzalo Rubalcaba : rencontre au sommet > Lire
miniature

Il y a tout juste un an, Pierrick Pédron évoquait son prochain enregistrement en duo à New York avec le pianiste cubain Gonzalo Rubalcaba.

Le souffle des cordes de Renaud Garcia-Fons > Lire
miniature

On retrouve toujours avec beaucoup de plaisir et d’émotion le contrebassiste Renaud Garcia-Fons à Jazz sous les pommiers

Fidel Fourneyron : une dernière création inventive > Lire
miniature

C’est l’heure de la dernière création de Fidel Fourneyron dans le cadre de sa résidence à Jazz sous les pommiers.

Jazz Export Days – Le jazz progressif d’Ishkero > Lire
miniature

Une énergie communicative, des compositions subtiles, Ishkero est à coup sûr une formation à suivre de près.

Jazz Export Days – Théo Girard tout en nuances > Lire
miniature

Le contrebassiste Théo Girard nous revient ici dans le cadre des Jazz Export Days, pour notre plus grand plaisir.

Jazz Export Days – Le groove chaleureux de Laurent Bardainne > Lire
miniature

On a déjà pu apprécier à Jazz sous les pommiers le talent de Laurent Bardainne.

Jazz Export Days – Nout, explosif > Lire
miniature

Les trois musiciennes du groupe Nout envoient sur scène une musique à réveiller les morts !

Un dimanche en fanfares très dansant > Lire
miniature

Le soleil était caché derrière les nuages, dimanche matin, mais c’était certainement parce qu’il se réservait pour l’après-midi.

Une grande formation folk euphorisante > Lire
miniature

Une véritable découverte donc, un concert euphorisant, c’est un réel plaisir de voir ces jeunes artistes enthousiastes, le sourire aux lèvres, offrir leur talent avec autant de générosité.

Trésor sous les pommiers > Lire
miniature

Pour sa dernière année de résidence, Fidel Fourneyron nous offre encore ici une belle création, rafraichissante et musicalement riche.

Biréli Lagrène, 1, 2, 3, soleil > Lire
miniature

le soleil a brillé dans la salle Marcel Hélie avec le triple concert de Biréli Lagrène en solo, duo et trio. Du jazz manouche au jazz fusion, la palette du musicien est vaste.

Daniel Humair trio invite Samuel Blaser, trois et trois font quatre > Lire
miniature

À 85 ans, Daniel Humair nous offre encore une fois une leçon de liberté, de fraîcheur, de plaisir du jeu et de partage.