C’est l’heure de la dernière création de Fidel Fourneyron dans le cadre de sa résidence à Jazz sous les pommiers. Pour l’occasion, il nous propose un brass band pas comme les autres avec ce projet Bell, dont le nom fait référence aux pavillons des trompettes.

En voyant les musiciens arriver sur scène avec de minuscules paillettes multicolore sur les tempes, on aurait dû se douter qu’il se préparait quelque chose… Et de fait, le concert s’est avéré original, inventif et surprenant, révélant une facette plus facétieuse du tromboniste et une attention particulière portée au son, aussi bien par le choix instruments, les arrangements, que par l’utilisation d’effets et le travail de mixage. Tout commence avec Jeunesse éternelle, joyeux et entrainant, puissamment propulsé par la batterie d’Héloïse Divilly. À la rondeur des cuivres viennent se mêler les notes de synthé de Fabrizio Rat, un Prophet (c’est la marque) tout ce qu’il y a de vintage, dont les sonorités ici quelque peu désuètes donnent un côté décalé à l’ensemble, d’une manière à la fois perturbante et séduisante. Cette présence du synthé jouera un rôle important tout au long du concert, entre “gros sons” et clins d’œil kitsch selon les titres. Le deuxième titre, Adam’s Peak, nous emmène sur les sommets du Sri Lanka, une composition enlevée qui donne lieu à un joyeux échange entre la trompette de Quentin Ghomari et le trombone, avant de décoller vers un final aux belles harmonies. Dry joue, lui, sur une ambiance plus urbaine.

Fidel Fourneyron nous offre ensuite sur Karoo une très belle introduction en trombone solo, solennelle et mélancolique, avec un son très réverbéré – peut-être un écho (!) de son concert de l’année dernière à la chapelle des Unelles… On retourne sur les sommets avec Reines de l’Hélicon, ce dernier ne faisant pas référence ici à l’instrument de musique mais au mont grec où vivaient les muses, qui décidément ont bien inspiré notre tromboniste… Deep Thumb donne l’occasion à Fanny Meteier de nous offrir une introduction au tuba, toute en slaps, souffles et doubles notes, qui n’est pas sans évoquer la musique concrète – on pense notamment aux Variations pour une porte et un soupir de Pierre Henry. Les climats sont riches et variés tout au long de la soirée : Eyeline et ses longues notes tenues, étrange et solennel, Riskab au tempo enlevé, Tant et tant en forme de marche lente et sombre…

Yuyu, le titre de la composition choisie pour le rappel, signifie “petit chagrin” en coréen : un chagrin que nous partageons en voyant s’approcher la fin de résidence de Fidel Fourneyron, qui nous a offert tant de beaux moments de création et de partage.

Texte et photos : Stéphane Barthod

Bill Frisell, comme dans un rêve… > Lire
miniature

Avec Bill Frisell, cette 43ème édition de Jazz sous les pommiers s’achève en apothéose !

Bach en liberté > Lire
miniature

Chacun connaît les suites de Bach, ou croit les connaître, en a déjà entendu certaines, sans même parfois le savoir…

L’avenir du jazz avec Duke Ellington > Lire
miniature

JSLP propose, avec le Jazz At Lincoln Center, une formation réunissant de jeunes américains et français : Future of Jazz Big Band.

Sur les ailes de Marion Rampal > Lire
miniature

C’est au tour de Marion Rampal de nous proposer sa première création en tant qu’artiste résidente.

Céline Bonacina en fusion > Lire
miniature

On suit Céline Bonacina à Jazz sous les pommiers depuis 2008, année où elle s’est produite aux caves des Unelles avec son trio Alefa !

L’univers coloré de Jan Garbarek > Lire
miniature

Le saxophoniste Jan Garbarek nous revient à Coutances avec son quartet, le même que celui dont nous nous étions déjà délectés en 2017.

Finis Terrae : le film sans images de Vincent Courtois > Lire
miniature

Toujours créatif, Vincent Courtois nous revient aujourd’hui avec une proposition intéressante : une musique de film… sans film.

Raphaël Imbert : de la poésie avant toute chose > Lire
miniature

Raphaël Imbert nous propose ce soir d’associer musique et poésie.

Fred Hersch et Avishaï Cohen, la grâce > Lire
miniature

Les amateurs de piano sont aux anges aujourd’hui : après Brad Mehldau salle Marcel Hélie, on retrouve Fred Hersch au Théâtre.

Brad Mehldau, les retrouvailles > Lire
miniature

Brad Mehldau est de retour à Coutances pour notre plus grand bonheur.

Explicit Liber, un chant de contestation > Lire
miniature

Cet après-midi, le tremplin Jazz en régions nous offre de découvrir 3 formations de Bourgogne-Franche-Comté, dont le trio Explicit Liber.

Robinson Khoury, retour aux origines > Lire
miniature

Ce soir, au théâtre, Robinson Khoury nous propose sa première création à Jazz sous les pommiers, son nouveau trio Mÿa.

Le bal swing de Yellow Bounce > Lire
miniature

La salle Marcel-Hélie s’est transformée en salle de bal comme à la grande époque.A

Chantons sous la pluie ?… Sous le soleil exactement ! > Lire
miniature

Retour en images sur un dimanche en fanfares haut en couleurs : vert pour le Gangbé Brass Band, noir pour Mukasamuka, violet pour Samb’Arts, et multicolore pour Opsa Dehëli !

Makaya McCraven : le renouveau de Chicago > Lire
miniature

Rendez-vous très attendu des amateurs de jazz, le concert de Makaya McCraven avait lieu ce samedi au théâtre de Coutances.

Harold López-Nussa invite Grégoire Maret > Lire
miniature

c’est en Amérique latine que les spectateurs ont rendez-vous avec le pianiste cubain Harold López-Nussa.

L’Orient rêvé d’André Manoukian > Lire
miniature

André Manoukian n’a pas été bercé dès le plus jeune âge par la musique de ses racines, et c’est sur le tard qu’il s’y replonge.

Le surf-rock éthiopien d’Addis Abeba Surf Club > Lire
miniature

Pour cette 43e édition, l’Afrique s’invite sous les pommiers avec le quartet local Addis Abeba Surf Club.