En présentant Camille Bertault sur la scène du Magic Mirrors à l’occasion des Jazz Export Days, Alex Duthil insiste sur l’importance du jeu, du plaisir qui caractérise la chanteuse. Il faudrait ajouter à cela une fausse légèreté qui masque avec pudeur une sensibilité à fleur de peau. Camille Bertault nous chante avec le sourire les blessures de la vie.

C’est seule qu’elle entame My Fav’ Things, usant du looper pour multiplier les voix, avant d’être rejointe par ses compagnons pour le grinçant Bonjour mon amour, morceau phare de son dernier album. Les chansons prennent sur scène une dimension supplémentaire, et l’on apprécie mieux encore la chaude rondeur de la contrebasse de Christophe Minck, la pulse puissante et stimulante Minino Garay, le piano lumineux de Fady Farah et la trompette subtile de Julien Alour. Après le groovant Acrécran et Un grain de sable au 6/8 plein d’allant, la chanteuse nous offre un îlot de calme avec Bizarre où la voix se fait plus feutrée, avant de devenir percussion sur Dodo, texte parlé sur tempo rapide dont le flow ferait rêver plus d’un rappeur. Petit détour ensuite du côté de Bach avec une variation Goldberg joliment interprétée à l’unissons au piano et à la voix, avant de reprendre Ma muse, profession de foi de la chanteuse qui clame ici son amour pour la musique.

Une demi-heure, c’est bien court – c’est la règle pour ces “showcases” de Jazz Export Days… Rendez-vous pour un concert plus long à l’occasion d’une prochaine édition de Jazz sous les pommiers ?

Texte et photos : Stéphane Barthod

Groove et funk avec Marcus Miller > Lire
miniature

Cette 42e édition du festival touche bientôt à sa fin, et termine en beauté avec Marcus Miller.

Thierry Maillard Ensemble : une explosion de couleurs > Lire
miniature

Quel rapport entre les madrigaux, le jazz, le chant lyrique, Stravinsky et Frank Zappa ? Thierry Maillard nous offre quelques éléments de réponse.

Sylvain Rifflet rend hommage à Stan Getz > Lire
miniature

On connaît l’amour de Sylvain Rifflet pour la musique de Stan Getz, qu’il a déjà exprimé au travers de son album "Refocus", en 2017.

Steve Coleman mêle écriture et improvisation > Lire
miniature

Présent pour la première fois cette année au festival, Steve Coleman termine sa tournée européenne avec ce concert sous les pommiers.

Jazz Export Days – Rouge, sur tous les tons > Lire
miniature

Entre jazz et classique, Madeleine Cazenave nous entraîne avec son trio Rouge dans un voyage aux multiples horizons.

Youn Sun Nah, le retour > Lire
miniature

Depuis 2006, Jazz sous les pommiers invite régulièrement Youn Sun Nah.

Pierrick Pédron et Gonzalo Rubalcaba : rencontre au sommet > Lire
miniature

Il y a tout juste un an, Pierrick Pédron évoquait son prochain enregistrement en duo à New York avec le pianiste cubain Gonzalo Rubalcaba.

Le souffle des cordes de Renaud Garcia-Fons > Lire
miniature

On retrouve toujours avec beaucoup de plaisir et d’émotion le contrebassiste Renaud Garcia-Fons à Jazz sous les pommiers

Fidel Fourneyron : une dernière création inventive > Lire
miniature

C’est l’heure de la dernière création de Fidel Fourneyron dans le cadre de sa résidence à Jazz sous les pommiers.

Jazz Export Days – Le jazz progressif d’Ishkero > Lire
miniature

Une énergie communicative, des compositions subtiles, Ishkero est à coup sûr une formation à suivre de près.

Jazz Export Days – Théo Girard tout en nuances > Lire
miniature

Le contrebassiste Théo Girard nous revient ici dans le cadre des Jazz Export Days, pour notre plus grand plaisir.

Jazz Export Days – Le groove chaleureux de Laurent Bardainne > Lire
miniature

On a déjà pu apprécier à Jazz sous les pommiers le talent de Laurent Bardainne.

Jazz Export Days – Nout, explosif > Lire
miniature

Les trois musiciennes du groupe Nout envoient sur scène une musique à réveiller les morts !

Un dimanche en fanfares très dansant > Lire
miniature

Le soleil était caché derrière les nuages, dimanche matin, mais c’était certainement parce qu’il se réservait pour l’après-midi.

Une grande formation folk euphorisante > Lire
miniature

Une véritable découverte donc, un concert euphorisant, c’est un réel plaisir de voir ces jeunes artistes enthousiastes, le sourire aux lèvres, offrir leur talent avec autant de générosité.

Trésor sous les pommiers > Lire
miniature

Pour sa dernière année de résidence, Fidel Fourneyron nous offre encore ici une belle création, rafraichissante et musicalement riche.

Biréli Lagrène, 1, 2, 3, soleil > Lire
miniature

le soleil a brillé dans la salle Marcel Hélie avec le triple concert de Biréli Lagrène en solo, duo et trio. Du jazz manouche au jazz fusion, la palette du musicien est vaste.

Daniel Humair trio invite Samuel Blaser, trois et trois font quatre > Lire
miniature

À 85 ans, Daniel Humair nous offre encore une fois une leçon de liberté, de fraîcheur, de plaisir du jeu et de partage.

Décor-Um : instants de grâce > Lire
miniature

Comme chaque année, l’après-midi du premier samedi s’ouvre avec des musiciens de la région. Cette fois, il s’agit du groupe Décor-Um, formation menée par Pierre Millet