Il y a tout juste un an, juste après la fameuse Battle sous les pommiers, Pierrick Pédron évoquait son prochain enregistrement en duo à New York avec le pianiste cubain Gonzalo Rubalcaba. L’album est sorti depuis, avec le succès que l’on sait, et ils nous font l’honneur d’effectuer leur premier concert à Jazz sous les pommiers.

Le répertoire choisi fait dans l’ensemble la part belle aux ballades. Dès le premier titre, avec son ouverture aux harmonies debussystes, la complicité entre les musiciens saute aux yeux et aux oreilles : écoute attentive, interprétation tout en délicatesse, les deux artistes font preuve d’intensité dans la réserve, avec des notes parfois proches du silence. Ezz-Thetic offre ensuite une association a priori contre nature entre la composition de George Russel et une courte cellule de quelques notes tirée du titre Changes du groupe Yes. Un paradoxe tout relatif quand on écoute le résultat, qui sonne comme une évidence, les deux complices nous offrant ici un jeu vertigineux, malaxant cette matière rythmique, la triturant et se relançant sans cesse l’un l’autre. On revient ensuite au calme avec Lawns, composition de la grande Carla Bley que Pierrick Pédron présente comme un des plus beaux morceaux au monde. Le duo l’interprète avec une exceptionnelle sensibilité et beaucoup de simplicité, dans une version dépouillée qui tient de l’épure, la musique finissant par s’éteindre dans un souffle. Si tu vois ma mère, un des grands standards de Sidney Bechet, est repris ici avec beaucoup de délicatesse et de subtilité, dans une version tranquille et ludique, qui évoque par moments les musiques qui accompagnaient les films du cinéma muet. Place ensuite à Five Will Get You Ten, titre joué par Jackie McLean qui aurait en réalité été composé par Thelonious Monk : il sonne effectivement très “monkien”, et les deux compères le reprennent avec beaucoup d’esprit, et l’on arrive bientôt à la fin du concert, avec The Song is You, joué en version lente, réarrangé pour le duo, avec des solos de piano et de saxophone joués par deux musiciens totalement en phase.

Pour le rappel, le duo interprète Waltz for a King, composé par Pierrick Pédron en hommage à Peter King qui fut son professeur, et sur ces dernières notes, le sourire des deux musiciens rappelle qu’on a assisté là à un moment rare, exceptionnel, une rencontre à la fois musicale et humaine.

Texte et photos : Stéphane Barthod

Bill Frisell, comme dans un rêve… > Lire
miniature

Avec Bill Frisell, cette 43ème édition de Jazz sous les pommiers s’achève en apothéose !

Bach en liberté > Lire
miniature

Chacun connaît les suites de Bach, ou croit les connaître, en a déjà entendu certaines, sans même parfois le savoir…

L’avenir du jazz avec Duke Ellington > Lire
miniature

JSLP propose, avec le Jazz At Lincoln Center, une formation réunissant de jeunes américains et français : Future of Jazz Big Band.

Sur les ailes de Marion Rampal > Lire
miniature

C’est au tour de Marion Rampal de nous proposer sa première création en tant qu’artiste résidente.

Céline Bonacina en fusion > Lire
miniature

On suit Céline Bonacina à Jazz sous les pommiers depuis 2008, année où elle s’est produite aux caves des Unelles avec son trio Alefa !

L’univers coloré de Jan Garbarek > Lire
miniature

Le saxophoniste Jan Garbarek nous revient à Coutances avec son quartet, le même que celui dont nous nous étions déjà délectés en 2017.

Finis Terrae : le film sans images de Vincent Courtois > Lire
miniature

Toujours créatif, Vincent Courtois nous revient aujourd’hui avec une proposition intéressante : une musique de film… sans film.

Raphaël Imbert : de la poésie avant toute chose > Lire
miniature

Raphaël Imbert nous propose ce soir d’associer musique et poésie.

Fred Hersch et Avishaï Cohen, la grâce > Lire
miniature

Les amateurs de piano sont aux anges aujourd’hui : après Brad Mehldau salle Marcel Hélie, on retrouve Fred Hersch au Théâtre.

Brad Mehldau, les retrouvailles > Lire
miniature

Brad Mehldau est de retour à Coutances pour notre plus grand bonheur.

Explicit Liber, un chant de contestation > Lire
miniature

Cet après-midi, le tremplin Jazz en régions nous offre de découvrir 3 formations de Bourgogne-Franche-Comté, dont le trio Explicit Liber.

Robinson Khoury, retour aux origines > Lire
miniature

Ce soir, au théâtre, Robinson Khoury nous propose sa première création à Jazz sous les pommiers, son nouveau trio Mÿa.

Le bal swing de Yellow Bounce > Lire
miniature

La salle Marcel-Hélie s’est transformée en salle de bal comme à la grande époque.A

Chantons sous la pluie ?… Sous le soleil exactement ! > Lire
miniature

Retour en images sur un dimanche en fanfares haut en couleurs : vert pour le Gangbé Brass Band, noir pour Mukasamuka, violet pour Samb’Arts, et multicolore pour Opsa Dehëli !

Makaya McCraven : le renouveau de Chicago > Lire
miniature

Rendez-vous très attendu des amateurs de jazz, le concert de Makaya McCraven avait lieu ce samedi au théâtre de Coutances.

Harold López-Nussa invite Grégoire Maret > Lire
miniature

c’est en Amérique latine que les spectateurs ont rendez-vous avec le pianiste cubain Harold López-Nussa.

L’Orient rêvé d’André Manoukian > Lire
miniature

André Manoukian n’a pas été bercé dès le plus jeune âge par la musique de ses racines, et c’est sur le tard qu’il s’y replonge.

Le surf-rock éthiopien d’Addis Abeba Surf Club > Lire
miniature

Pour cette 43e édition, l’Afrique s’invite sous les pommiers avec le quartet local Addis Abeba Surf Club.