Un des charmes des dimanches en fanfares – et plus généralement du festival – est de celui de la découverte. Un nom sur un programme… on vient écouter par curiosité, et la surprise est parfois au rendez-vous.

Il faut toujours prendre le temps. On est tenté parfois, avec les concerts en plein air de ces dimanches en fanfares, de passer un peu trop rapidement, de rester en surface des choses, d’entendre sans vraiment écouter. Et parfois aussi l’on s’arrête, parce que l’énergie est là, parce qu’un rythme, une harmonie vous accroche l’oreille… C’est le cas avec le Conservatoire Folk Ensemble de Joe Broughton. Créé à la fin des années 90, la formation compte aujourd’hui une cinquantaine de membres. Basée à Birmingham, ville multiculturelle, elle regroupe des musiciens venus de nombreuses régions, avec une large palette instrumentale : trompettes, saxophones, trombones, cors, flûtes, violons, violoncelles, basses, percussions, guitares, banjo, accordéon, voix…
Le concert débute avec un enchainement de reels – danses et musiques traditionnelles écossaises et irlandaises – qui donnent d’emblée le ton : énergie, puissance, et une bonne humeur communicative. Avec Dawn Til Dusk, la musique se fait encore plus bondissante, sautillante et légère, mais la formation a plus d’un tour dans son sac et nous happe ensuite avec une très émouvante et intense version de la ballade Arthur McBride qui mouille plus d’un œil parmi les spectateurs.

Si le répertoire est avant tout folk, anglais et celtique, il est enrichi de nombreuses influences et couleurs différentes, rock, jazz, funk et plus encore. En témoignent la reprise du negro spiritual Moses, Moses, ou encore Murder in Medina qui nous amène sur les rives de la mer Rouge, et dont la signature rythmique aura immanquablement évoqué Four Sticks aux fans de Led Zeppelin, ou encore le thème de Mission Impossible.

Une véritable découverte donc, un concert euphorisant, c’est un réel plaisir de voir ces jeunes artistes enthousiastes, le sourire aux lèvres, offrir leur talent avec autant de générosité. L’émotion est toujours présente, même sur les titres les plus enlevés… Good tears…

Texte et photos : Stéphane Barthod

Kyle Eastwood, hommage émouvant d’un fils à son père > Lire
miniature

Kyle rend hommage à Clint Eastwood avec "Eastwood Symphonic", qui revisite en musique la longue carrière de l’acteur et réalisateur.

Groove et funk avec Marcus Miller > Lire
miniature

Cette 42e édition du festival touche bientôt à sa fin, et termine en beauté avec Marcus Miller.

Thierry Maillard Ensemble : une explosion de couleurs > Lire
miniature

Quel rapport entre les madrigaux, le jazz, le chant lyrique, Stravinsky et Frank Zappa ? Thierry Maillard nous offre quelques éléments de réponse.

Sylvain Rifflet rend hommage à Stan Getz > Lire
miniature

On connaît l’amour de Sylvain Rifflet pour la musique de Stan Getz, qu’il a déjà exprimé au travers de son album "Refocus", en 2017.

Steve Coleman mêle écriture et improvisation > Lire
miniature

Présent pour la première fois cette année au festival, Steve Coleman termine sa tournée européenne avec ce concert sous les pommiers.

Jazz Export Days – Rouge, sur tous les tons > Lire
miniature

Entre jazz et classique, Madeleine Cazenave nous entraîne avec son trio Rouge dans un voyage aux multiples horizons.

Jazz Export Days – Le chant sensible de Camille Bertault > Lire
miniature

Camille Bertault nous chante avec le sourire les blessures de la vie.

Youn Sun Nah, le retour > Lire
miniature

Depuis 2006, Jazz sous les pommiers invite régulièrement Youn Sun Nah.

Pierrick Pédron et Gonzalo Rubalcaba : rencontre au sommet > Lire
miniature

Il y a tout juste un an, Pierrick Pédron évoquait son prochain enregistrement en duo à New York avec le pianiste cubain Gonzalo Rubalcaba.

Le souffle des cordes de Renaud Garcia-Fons > Lire
miniature

On retrouve toujours avec beaucoup de plaisir et d’émotion le contrebassiste Renaud Garcia-Fons à Jazz sous les pommiers

Fidel Fourneyron : une dernière création inventive > Lire
miniature

C’est l’heure de la dernière création de Fidel Fourneyron dans le cadre de sa résidence à Jazz sous les pommiers.

Jazz Export Days – Le jazz progressif d’Ishkero > Lire
miniature

Une énergie communicative, des compositions subtiles, Ishkero est à coup sûr une formation à suivre de près.

Jazz Export Days – Théo Girard tout en nuances > Lire
miniature

Le contrebassiste Théo Girard nous revient ici dans le cadre des Jazz Export Days, pour notre plus grand plaisir.

Jazz Export Days – Le groove chaleureux de Laurent Bardainne > Lire
miniature

On a déjà pu apprécier à Jazz sous les pommiers le talent de Laurent Bardainne.

Jazz Export Days – Nout, explosif > Lire
miniature

Les trois musiciennes du groupe Nout envoient sur scène une musique à réveiller les morts !

Un dimanche en fanfares très dansant > Lire
miniature

Le soleil était caché derrière les nuages, dimanche matin, mais c’était certainement parce qu’il se réservait pour l’après-midi.

Trésor sous les pommiers > Lire
miniature

Pour sa dernière année de résidence, Fidel Fourneyron nous offre encore ici une belle création, rafraichissante et musicalement riche.

Biréli Lagrène, 1, 2, 3, soleil > Lire
miniature

le soleil a brillé dans la salle Marcel Hélie avec le triple concert de Biréli Lagrène en solo, duo et trio. Du jazz manouche au jazz fusion, la palette du musicien est vaste.

Daniel Humair trio invite Samuel Blaser, trois et trois font quatre > Lire
miniature

À 85 ans, Daniel Humair nous offre encore une fois une leçon de liberté, de fraîcheur, de plaisir du jeu et de partage.

Décor-Um : instants de grâce > Lire
miniature

Comme chaque année, l’après-midi du premier samedi s’ouvre avec des musiciens de la région. Cette fois, il s’agit du groupe Décor-Um, formation menée par Pierre Millet