Brad Mehldau est de retour à Coutances pour notre plus grand bonheur. Son premier passage date de 2003, en trio au théâtre, hors festival. Il est venu par la suite à Jazz sous les pommiers en duo avec Joshua Redman en 2010 et en solo en 2014. Après deux reports ¬– le concert était programmé initialement en 2021 –, le voici enfin à nouveau au festival, en trio.

Et quel trio ! C’est celui des retrouvailles avec Jorge Rossy, compagnon des premières heures, de 1995 à 2007, année de parution de leur dernier album en commun, House on Hill, dont sont repris plusieurs titres ce soir. Le troisième membre du trio est le jeune contrebassiste danois Felix Moseholm qu’on a découvert en 2020 aux côtés du pianiste à l’occasion d’une masterclass donnée en Suisse.

Concernant le répertoire, pas de grands standards ici, hormis deux titres dont un en rappel, pas non plus de reprises pop dont le pianiste est pourtant friand, mais presque uniquement des compositions de Mehldau, qui présente avec beaucoup d’élégance les morceaux en français tout au long de la soirée. il ouvre le concert avec August Ending, dont le thème tourne autour d’un ostinato de deux notes, obsessionnel, dont les musiciens s’éloignent progressivement pour mieux y revenir. Blues Impulse, malgré le titre, évoque plutôt une écriture classique : Bach, dont Mehldau réinterprète la musique dans son dernier album, n’est ici pas très loin… La composition, dansante et légère, offre un écrin de choix au solo du contrebassiste, très inspiré, qui a la lourde charge de remplacer Larry Grenadier au sein du trio. Mehldau et Rossy improvisent à leur tour dans des échanges entre piano et batterie, tout en nuances, mettant en lumière leur grande complicité, et le plaisir évident de reprendre leur aventure commune. Après le paisible et serein Walk in the Park, les musiciens reviennent au répertoire de l’album House on Hill avec Boomer et Ember, un jazz waltz enlevé dont on imaginerait bien le thème dans un film. Le jeu de Mehldau est toujours merveilleusement chantant, détendu et intense, en état de grâce, la contrebasse se fait aérienne. Le pianiste s’offre ensuite un bain de jouvence avec Lucid, morceau tiré de l’album The Art of the Trio, Vol. 1 de 1997, suivi du seul standard du répertoire, The Nearness of you, une superbe ballade de Hoaggy Carmichael que Mehldau habille de très belles couleurs harmoniques. Ici encore, la batterie de Jorge Rossy se fait subtile, tout en nuances, à la fois présente et discrète, le musicien jouant souvent aux balais. Le concert se termine avec Generator, au tempo plus enlevé, et House on Hill, et Beatrice, de Sam Rivers, en rappel.

On ressort de la salle encore émerveillé, et ce concert restera assurément pour les spectateurs qui ont eu la chance d’y assister un des grands moments de cette 43e édition.

Texte et photos : Stéphane Barthod

Céline Bonacina en fusion > Lire
miniature

On suit Céline Bonacina à Jazz sous les pommiers depuis 2008, année où elle s’est produite aux caves des Unelles avec son trio Alefa !

L’univers coloré de Jan Garbarek > Lire
miniature

Le saxophoniste Jan Garbarek nous revient à Coutances avec son quartet, le même que celui dont nous nous étions déjà délectés en 2017.

Finis Terrae : le film sans images de Vincent Courtois > Lire
miniature

Toujours créatif, Vincent Courtois nous revient aujourd’hui avec une proposition intéressante : une musique de film… sans film.

Raphaël Imbert : de la poésie avant toute chose > Lire
miniature

Raphaël Imbert nous propose ce soir d’associer musique et poésie.

Fred Hersch et Avishaï Cohen, la grâce > Lire
miniature

Les amateurs de piano sont aux anges aujourd’hui : après Brad Mehldau salle Marcel Hélie, on retrouve Fred Hersch au Théâtre.

Explicit Liber, un chant de contestation > Lire
miniature

Cet après-midi, le tremplin Jazz en régions nous offre de découvrir 3 formations de Bourgogne-Franche-Comté, dont le trio Explicit Liber.

Robinson Khoury, retour aux origines > Lire
miniature

Ce soir, au théâtre, Robinson Khoury nous propose sa première création à Jazz sous les pommiers, son nouveau trio Mÿa.

Le bal swing de Yellow Bounce > Lire
miniature

La salle Marcel-Hélie s’est transformée en salle de bal comme à la grande époque.A

Chantons sous la pluie ?… Sous le soleil exactement ! > Lire
miniature

Retour en images sur un dimanche en fanfares haut en couleurs : vert pour le Gangbé Brass Band, noir pour Mukasamuka, violet pour Samb’Arts, et multicolore pour Opsa Dehëli !

Makaya McCraven : le renouveau de Chicago > Lire
miniature

Rendez-vous très attendu des amateurs de jazz, le concert de Makaya McCraven avait lieu ce samedi au théâtre de Coutances.

Harold López-Nussa invite Grégoire Maret > Lire
miniature

c’est en Amérique latine que les spectateurs ont rendez-vous avec le pianiste cubain Harold López-Nussa.

L’Orient rêvé d’André Manoukian > Lire
miniature

André Manoukian n’a pas été bercé dès le plus jeune âge par la musique de ses racines, et c’est sur le tard qu’il s’y replonge.

Le surf-rock éthiopien d’Addis Abeba Surf Club > Lire
miniature

Pour cette 43e édition, l’Afrique s’invite sous les pommiers avec le quartet local Addis Abeba Surf Club.