Depuis 2022, on suit Robinson Khoury de près à Coutances. Il jouait cette année-là aux côtés de Théo Ceccaldi ainsi que sur la scène Découverte avec son propre quintet. L’année suivante, il nous revenait avec Sarāb, et le voici maintenant Résident pour deux ans.
Ce soir, au théâtre, il nous propose sa première création à Jazz sous les pommiers, c’est aussi la première officielle de son nouveau trio, Mÿa. Cette création a justement comme fil rouge une exploration des origines sous différentes formes : origine du monde, de la vie, de ses propres racines, à la fois orientales et occidentales, de ses racines musicales…

Le concert débute dans la pénombre et le silence. Robinson Khoury lance quelques arpèges en boucle sur son synthé modulaire, rejoint très progressivement par Anissa Nehari et Léo Jassef, le thème se pose sur cette trame, le compositeur jouant dans son écriture sur de forts contrastes : entre acoustique et électronique, entre piano jazz et percussions tribales, entre musique ancienne et technologie modernes…

Avec Cosmos, les racines libanaises du tromboniste surgissent au travers des premières notes qu’il pose sur le tapis de synthés déroulé par Léo Jassef, avant que la musique ne gagne progressivement en amplitude. Au long du concert, Robinson Khoury joue de toutes les variations de son instrument, en tirant parfois des sonorités inouïes, d’une grande richesse et d’une forte expressivité. Le morceau suivant offre un thème dans l’esprit de certaines compositions d’Henri Texier, une mélodie simple, un chant qui vous accroche comme une évidence, évoquant les grands espaces, et qui ne vous lâche plus. Retour au sujet de la création ensuite avec Birth Of Noham, une ode à la maternité où la voix devient plus présente. Tout au long du concert, on est impressionné par le travail sur les couleurs sonores, traitées comme une matière, les musiciens jouant sur les textures, avec de grandes amplitudes et de subtiles nuances. L’écriture est par ailleurs très évocatrice d’images, de paysages, comme dans Taxi Brousse, inspiré par un voyage au Sénégal. Dépaysement assuré ensuite avec Mÿa : appel à la trompette droite, subtiles harmonies vocales, sons de synthé « énormes », organiques, transe électro… Quelque Chose Bouge, texte dit par le tromboniste, nous renvoie à l’origine du monde, avant que l’artiste nous ramène à ses propres origines, avec Qānā, hommage à la ville de ses ancêtres, porté avec beaucoup d’intensité par la chanteuse invitée Lynn Adib, et la Chaconne en ré mineur de Jean-Sébastien Bach pour la musique occidentale.

Un superbe voyage dans le temps et dans l’espace, et l’on attend avec impatience les prochaines propositions de Robinson Khoury.

Texte et photos : Stéphane Barthod

Céline Bonacina en fusion > Lire
miniature

On suit Céline Bonacina à Jazz sous les pommiers depuis 2008, année où elle s’est produite aux caves des Unelles avec son trio Alefa !

L’univers coloré de Jan Garbarek > Lire
miniature

Le saxophoniste Jan Garbarek nous revient à Coutances avec son quartet, le même que celui dont nous nous étions déjà délectés en 2017.

Finis Terrae : le film sans images de Vincent Courtois > Lire
miniature

Toujours créatif, Vincent Courtois nous revient aujourd’hui avec une proposition intéressante : une musique de film… sans film.

Raphaël Imbert : de la poésie avant toute chose > Lire
miniature

Raphaël Imbert nous propose ce soir d’associer musique et poésie.

Fred Hersch et Avishaï Cohen, la grâce > Lire
miniature

Les amateurs de piano sont aux anges aujourd’hui : après Brad Mehldau salle Marcel Hélie, on retrouve Fred Hersch au Théâtre.

Brad Mehldau, les retrouvailles > Lire
miniature

Brad Mehldau est de retour à Coutances pour notre plus grand bonheur.

Explicit Liber, un chant de contestation > Lire
miniature

Cet après-midi, le tremplin Jazz en régions nous offre de découvrir 3 formations de Bourgogne-Franche-Comté, dont le trio Explicit Liber.

Le bal swing de Yellow Bounce > Lire
miniature

La salle Marcel-Hélie s’est transformée en salle de bal comme à la grande époque.A

Chantons sous la pluie ?… Sous le soleil exactement ! > Lire
miniature

Retour en images sur un dimanche en fanfares haut en couleurs : vert pour le Gangbé Brass Band, noir pour Mukasamuka, violet pour Samb’Arts, et multicolore pour Opsa Dehëli !

Makaya McCraven : le renouveau de Chicago > Lire
miniature

Rendez-vous très attendu des amateurs de jazz, le concert de Makaya McCraven avait lieu ce samedi au théâtre de Coutances.

Harold López-Nussa invite Grégoire Maret > Lire
miniature

c’est en Amérique latine que les spectateurs ont rendez-vous avec le pianiste cubain Harold López-Nussa.

L’Orient rêvé d’André Manoukian > Lire
miniature

André Manoukian n’a pas été bercé dès le plus jeune âge par la musique de ses racines, et c’est sur le tard qu’il s’y replonge.

Le surf-rock éthiopien d’Addis Abeba Surf Club > Lire
miniature

Pour cette 43e édition, l’Afrique s’invite sous les pommiers avec le quartet local Addis Abeba Surf Club.